If we are dead, so it is.

Michael Majerus exploite des citations visuelles tirées du canon pictural varié du High Art et du Low Art. Il brosse dans ce contexte un tableau adéquat de l'esprit du temps qui est de plus en plus marqué par la vitesse. « On ne peut plus faire d'art qui soit exclusivement de l'art », dit lui-même Michael Majerus. Travaillant selon les principes économiques, il réinvente la représentation « classique » de la peinture et la place sous un autre éclairage, en multipliant l'effet citatif de l'art par un zapping offensif. L'exposition spécialement conçue pour cette halle de 500 m², dans le cadre des Dornbracht Installation Projects, était baptisée «  if we are dead, so it is » et présentait une rampe pour skaters, traversant l'espace dans toute sa largeur et sa longueur, et qui servait de support pour les œuvres de cet artiste disparu jeune en 2002.

Documentation